Logo du site
EME-IAE Corse | École de management et d'économie
Consignes travaux étudiants  |

CONSIGNES POUR LA REDACTION DES TRAVAUX DE RECHERCHE DE MASTER

Les étudiants en formation initiale doivent réaliser un mémoire de recherche (M2) et une note de recherche (M1).

Ces travaux sont réalisés durant l’année universitaire et remis aux dates et conditions fixées par le calendrier de l‘EME-IAE (avant le départ en stage). Ils ne font pas l’objet d’une soutenance orale.

 

Le mémoire de recherche en master 2

Un mémoire est un document écrit construit par un étudiant sous la direction d’un tuteur enseignant-chercheur. L’objectif est de présenter l’état d’avancement d’un travail de recherche. Ce travail peut être issu d’une réflexion personnelle consistant à choisir une thématique propre ou s’appuyer sur l’offre de thématiques proposée par les tuteurs pédagogiques. Dans tous les cas, il aboutit à la formulation d’une problématique à partir d’une revue de la littérature et d’une analyse critique de celle-ci.

Dans un mémoire de recherche de Master 2, l’étudiant doit être en capacité d’intégrer de manière cohérente et logique des connaissances dans un document relativement long (une soixantaine de pages hors annexes) de façon à justifier le choix, la pertinence et la portée académique et/ou appliquée de sa problématique. Il doit faire preuve de capacité d’analyse et de synthèse face à une littérature académique et/ou managériale. Enfin, il doit savoir rédiger un document écrit propre et cohérent sur le fond et la forme.

Le mémoire comporte une problématique, une réflexion théorique, un modèle conceptuel, méthodologique et l’étude empirique qui en découle.

 

  1. La question de recherche et la problématique.

La question de recherche ne doit pas être confondue avec le domaine de recherche. Au moyen de la question de recherche, le chercheur tente d’exprimer le plus exactement possible ce qu’il cherche à produire comme connaissance. La question de recherche est un phare, elle indique le cap. Pour remplir correctement sa fonction, la question de recherche doit être pertinente, impliquer un projet réalisable et être clair. Une recherche n’est pas une activité purement délibérée, elle est aussi affaire d’opportunisme. Il faut donc s’attendre à modifier plusieurs fois sa question chemin faisant.

La problématique se définit comme une manière d’aborder un domaine ou une question de recherche. Si l’on n’y prend pas garde, la façon de poser le problème peut sembler aller de soi. Pour éviter cet écueil, un effort doit être effectué en début de projet pour identifier différentes approches possibles, pour en cerner les différences et en apprécier les implications. En retenant une problématique, le chercheur choisit de privilégier certains aspects et d’ignorer la plupart des autres. Un chercheur est incapable de manipuler des faits bruts. Pour travailler, il doit élaguer. C’est une des fonctions de toutes théories que d’opérer ce type de filtrage. Les théories mobilisées permettent d’identifier et de mettre en relation des concepts qui sont des constructions abstraites qu’il convient de raccorder à des données observables. Cette procédure se nomme l’opérationnalisation. Il importe que les concepts utilisés soient définis et placés avec précision dans le cadre d’une théorie précise.

La problématique renseigne sur le thème de l’étude en indiquant pourquoi il est important de l’étudier et propose un questionnement par opposition à d’autres questionnements possibles. C’est pourquoi la problématique ne peut être formulée qu’après une première revue de littérature : une bonne problématique met en lien différents concepts

 

  1. La réflexion théorique/le modèle conceptuel

Il consiste à identifier, analyser et présenter les connaissances académiques susceptibles d’apporter un éclairage sur la thématique abordée. Il s’agit ici d’exposer une revue de la littérature. Celle-ci doit s’appuyer sur des ouvrages de références et sur des revues spécialisées (Revue Française de Marketing, Décisions Marketing, Revue GRH etc.) ou plus généralistes (Revue Française de Gestion, Revue M@nagement, ouvrages académiques, etc.). La revue de la littérature devra permettre de resituer le choix de la problématique dans le champ des connaissances générales et particulières relatives au sujet, et de relater la pensée des auteurs qui s’intéressent à la thématique retenue : il s’agira de mettre en relief leurs pensées, leurs idées et leurs travaux[1] et les classer en fonction de ce qui les rassemble mais aussi selon leurs différents clivages[2]. Notons que la collecte d’informations dans la littérature doit être structurée et organisée (1 fiche[3] par article lu par exemple) dans l’objectif de faciliter le travail de démonstration sur laquelle il s’appuie.

L’étudiant doit être en mesure de se positionner par rapport à un champ de recherche identifié dans la littérature scientifique (revues, communications, etc.) et savoir dégager une problématique en référence aux auteurs, concepts et théories existantes. Il faut qu’il sache formaliser et manier les concepts : définir et illustrer, synthétiser et situer, classer et distinguer, schématiser et modéliser, dégager des propositions/hypothèses…. Son analyse doit aboutir à la formulation d’une problématique de recherche et du corpus d’hypothèses qui l’accompagne.

Les hypothèses de travail sont des réponses que l’on peut apporter à la problématique, a priori, c’est-à-dire avant de réaliser l’expérimentation. Elles peuvent être présentées sous la forme d’un modèle conceptuel. Dans ce modèle, il faut justifier la pertinence des hypothèses en s’appuyant sur la revue de la littérature. Celles-ci sont fondamentales car elles vont guider la mise en place de la partie méthodologique et empirique.

 

  1. La réflexion méthodologique et l’étude empirique

La réflexion méthodologique doit présenter la méthodologie envisagée (exemple : étude qualitative avec présentation du protocole : objectifs, population, échantillon, choix de la méthode, construction du guide, etc.). Celle-ci doit bien évidemment être justifiée au regard de la problématique de recherche choisie, de l’accès aux informations et aux outils, et du temps imparti pour réaliser le travail expérimental. L’étudiant expose et analyse les résultats de son étude empirique.

Evaluation du mémoire

Une attention particulière sera portée :

  • à l’expression écrite : orthographe et syntaxe, à la qualité du document.
  • à l’utilisation conforme des normes de rédaction (cf. document sur les normes)
  • à la formulation et à la pertinence de la problématique
  • à l’originalité du sujet
  • aux choix méthodologiques
  • à la cohérence de la démonstration
  • à la cohérence de l’ensemble du travail

Le jury tiendra compte du fait que le candidat est en master 2 et donc exigera un véritable saut qualitatif par rapport à un travail de M1.

 

La note de recherche en master 1

 

Au regard des enseignements reçus durant le premier semestre, et notamment ceux relatifs à la synthèse d’articles académiques, les étudiants sont familiarisés avec les modalités de recherche. Un enseignement de méthodologie de la recherche leur est d’ailleurs dédié.

 

La note de recherche est un travail personnel dont la thématique peut être imposée par l’enseignant référant ou proposée par l’étudiant. La réflexion s’articule autour d’une problématique cohérente, pertinente et en lien avec les enseignements dispensés. Il conviendra de bien s’atteler au choix de la problématique en considérant sa faisabilité.

La « note de recherche » se différencie du mémoire de recherche dans la mesure où elle se limite à la partie rédactionnelle théorique (revue de la littérature et analyse critique).

La revue de la littérature mobilisée doit permettre d’éclaircir, d’analyser et de créer du sens entre les concepts clés de la problématique.

 

La littérature mobilisée s’appuie essentiellement sur des revues académiques classées (type FNEGE), travaux de doctorat, ouvrages spécialisés. Quelques articles de vulgarisation peuvent compléter le corpus documentaire.

La réflexion théorique ainsi menée met en évidence des apports théoriques et peut aboutir à des pistes de recherches empiriques en partie conclusive.

La note de recherche étant un travail intermédiaire du mémoire de recherche, il s’organise autour d’une trentaine de pages.

 

L’organisation du document comporte :

  1. Page de garde – (voir la fiche sur les normes)
  2. Remerciements
  3. Sommaire
  4. Introduction : Présentation de la thématique, de la problématique et des concepts mobilisés
  5. Développement : Revue de la littérature structurée
  6. Conclusion : Synthèse des analyses – Apports – Limites et perspectives
  7. Table des matières
  8. Bibliographie
  9. Annexes

 

Evaluation de la note de recherche

Une attention particulière sera portée :

  • à l’expression écrite : orthographe et syntaxe, à la qualité du document.
  • à l’utilisation conforme des normes de rédaction (cf. document sur les normes)
  • à la formulation et à la pertinence de la problématique
  • à la littérature mobilisée
  • à la cohérence de la démonstration, de l’argumentation, de l’analyse et des projections.

Le travail sur la note de recherche pourra se poursuivre en M2 avec le mémoire : à vous d’en discuter avec votre tuteur

 

 

Exemple

 

  1. Délimiter le champ de la recherche : la gestion de la PME
  2. Définir l’objet de la recherche : cela correspond à ce que l’on choisit d’étudier à l’intérieur du champ de la recherche (ex : le contrôle de gestion et performance de la PME)
  3. Poser une question de recherche centrale : cette étape correspond à la question à laquelle vous souhaitez répondre dans le mémoire (ex : la mise en place du contrôle de gestion peut-elle permettre une meilleure performance de la PME ?)
  4. Poser la problématique (ex : Quel type de contrôle de gestion mettre en place dans les PME pour faciliter le pilotage de la performance ?)
  5. Cette problématique peut ensuite être déclinée en plusieurs questions : (ex :

Pourquoi introduire un contrôle de gestion ? quels liens entre contrôle de gestion et performance ? Quel système de contrôle de gestion introduire ?)

 

 

[1] Méthodologie(s) utilisée(s), enquête(s) réalisée(s), terrain(s) exploré(s), etc.

[2] Eviter les juxtapositions des définitions et des notes de lecture, et tout ce qui peut ressembler à un « plan catalogue » Il s’agit de présenter une revue de littérature confrontant les différents travaux qui abordent la question posée, en analysant leurs apports respectifs à la formulation de votre problématique.

[3] Nom et prénom (s) de l’auteur, titre de l’article ou du chapitre, titre de la revue ou de l’ouvrage, n° de volume ou de parution ou éditeur, n° des pages, synopsis du contenu, appréciation de la pertinence par rapport à la recherche entreprise.

Page mise à jour le 21/03/2020 par COLOMBANI PAULE-MARINE